La formation dans les prisons

Site non officiel sur les prisons françaises


La formation dans les prisons

Article modifié 26 mai 2013 - Catégorie : Le quotidien dans une prison - 0 commentaire

Les formations scolaires et professionnelles:

La plupart des établissements pénitentiaires proposent des cours scolaires, dans une Unité Locale d’Enseignement, qui a le même statut qu’un établissement scolaire traditionnel.
Ces ULE sont placés sous l’autorité de l’inspecteur d’académie du département.
Il y a un proviseur, qui se trouve à la Direction Régionale, qui supervise, coordonne et fait l’interface entre les enseignants des différentes ULE et l’administration pénitentiaire.
Dans les ULE, il peut y avoir un « directeur », qui s’occupe de la coordination avec la direction locale et qui s’occupe du planning, de la gestion des classes.
Les ULE dispensent des cours de tout niveau scolaire, comme par exemple :
– des cours d’alphabétisation (il y a de nombreux illettrés en prison)
– des CFG (certificat de formation générale),
– des CAP ou BEP : les épreuves pratiques se déroulent à l’établissement pénitentiaire.
Les détenus peuvent aussi passer les épreuves pratiques, dans le cadre d’une permission ou d’une sortie avec escorte par les forces de l’ordre, dans un lycée professionnel.
– des BAC
– des DEUG…

Ils sont dispensés par:
– des Organismes de formation (AFPA, GRETA…),
– des associations privées ou publiques (GENEPI…),

Les enseignants qui viennent donner des cours peuvent:
– être mutés à l’Unité Locale d’Enseignement, comme dans n’importe quel établissement scolaire.
– ne faire que des vacations de quelques heures par semaines (ce sont les plus nombreux). 

Certains cours sont donnés par des membres du Génépi. C’est une association d’étudiants qui viennent donner des cours en prison.

Il est très difficile de proposer des formations sur deux ou trois ans (comme des CAP, BEP…) en Maison d’Arrêt, car les détenus restent rarement 3 ans (ils sont libérés ou transférés). C’est pourquoi la plupart des CAP, BEP… sont proposés en Centre de Détention ou en Maison Centrale.

Certaines formations scolaires (CAP, BEP, BAC…) sont rémunérées, ainsi que les formations professionnelles. La plupart du temps, les cours d’alphabétisation ou de remise à niveau, ne sont pas rémunérés.

La formation professionnelle des détenus est financée à 80 % par le Ministère du Travail. Ce sont principalement l’AFPA et le GRETA qui se chargent de ces formations, ainsi que des associations locales.

Il y a peu de détenus qui suivent des formations. Par exemple:
L’Alsace, regroupe environ 3900 détenus. 1/3 suit une formation, qui n’est obligatoire que pour les mineurs de moins de 16 ans. Les détenus travaillant, ne peuvent pas suivre une formation, à cause des horaires. De plus, le travail est plus rémunéré que les formations. Afin de pallier à ce problème, certains cours de remise à niveau ou d’alphabétisation par exemple, sont donnés après les heures d’atelier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *